Sur les animaux

Sur l'expansion de l'aire de répartition de l'alouette à ailes blanches Melanocorypha leucoptera dans la région de Tarbagatai Texte d'un article scientifique dans la spécialité - Sciences biologiques

Pin
Send
Share
Send


Alouette à ailes blanches - Melanocorypha leucoptera - légèrement plus grande que l'alouette des champs.

Autres noms - Alouette de Sibérie - Basse Volga, Alouette de Simbirska - sur la Sarp du territoire de Stalingrad, Snow Maiden - Astrakhan, Whitefly - Région de Kherson.

Dans la couleur du mâle, les signes les plus notables sont des tons marron sur le capuchon, l'oreille, le nadhvost et les ailes qui recouvrent. Le fond est très léger, presque blanc pur. Chez les oiseaux volants, une large bande blanche frappant le bord postérieur de l'aile frappe. Cette bande peut être subtile sur le fond d'un ciel lumineux, et l'aile semble étroite et nette, comme des bécasseaux. La femelle est beaucoup plus terne, plus du type «alouette», cependant les éléments brun châtain sont assez distincts, et l'aile a la même bande blanche. Les femelles sont légèrement plus petites que les mâles. Dans la tenue d'automne, tous les oiseaux sur le plumage tégumentaire ont des bords blanchâtres chamoisés qui masquent fortement la couleur châtaigne, et cela est plus visible sur le pli de l'aile. Les jeunes plumes nicheuses ont l'air panaché. Au-dessus, ils sont brunâtres, avec des stries blanchâtres, en dessous - blanchâtres, avec des stries foncées, la couleur châtaigne sur l'aile n'est pas brillante, mais perceptible. Les jeunes automne ne se distinguent pas des adultes. La bande blanche sur l'aile et le pli marron de l'aile sont les principales caractéristiques de l'espèce dans toutes les tenues. Le blanc sur une aile pliée peut être fermé. Poids 36-53 g, longueur 17-21, aile 10,3-12,8, envergure 27-37 cm.

Le texte des travaux scientifiques sur le thème "Sur l'expansion de l'aire de répartition de l'alouette à ailes blanches Melanocorypha leucoptera dans la région de Tarbagatai"

aulne à une hauteur de 10 m, le second - à environ 300 m au nord du précédent, à la même hauteur, mais situé sur une branche latérale). Le dernier, troisième nid a été trouvé beaucoup plus au sud à la fin du parcours. Il était situé encore plus bas sur un aulne et ressemblait également à un nid de buse, bien qu'il n'y ait aucune certitude à ce sujet.

Cheglok Falco subbuteo. Le seul nid a été trouvé dans une ceinture de forêt de chênes parmi les champs de l'ancien bâtiment d'un des prédateurs, occupés à tour de rôle par plusieurs espèces. Le jour de la découverte (21 juin 1981), un oiseau adulte a incubé une couvée de 2 œufs. Après une inspection répétée, le nid contenait un petit poussin duveteux, tandis que l'œuf gisait sur le côté du mur du nid. Près du nid, trois oiseaux adultes étaient inquiets. Le sort n'est pas retracé.

Ainsi, dans une zone contrôlée d'environ 10 km2 à l'ouest de la région de Poltava (aux alentours du village de Lazorki), à la suite d'observations à long terme, une nidification de 3 (peut-être 4) espèces de Falconiformes a été trouvée. Deux espèces (autour des palombes et buse variable) se reproduisent régulièrement et pour deux, une nidification sporadique est établie (caplet, busard des champs). L'abondance d'espèces moins riches peut être expliquée à la fois par la zone d'étude limitée et le temps d'observation.

L'auteur remercie sincèrement Vladimir Aleksandrovich Paevsky et Nazar Anatolyevich Shapoval pour leurs commentaires critiques et leurs précieux conseils exprimés lors de la préparation de cette publication.

Russian Ornithological Journal 2013, Volume 22, Express Edition 857: 698-699

Sur l'expansion de l'aire de répartition de l'alouette à ailes blanches Melanocorypha leucoptera dans la région de Tarbagatai

N. N. Berezovikov

Deuxième édition. Première publication en 2004 *

Au cours des cinq dernières années, dans le sud-est du Kazakhstan, le processus de pulsation de l'aire de répartition de l'alouette à ailes blanches Melanocorypha leucoptera dans le sud a été tracé (Berezovikov, Levin 2002). À la périphérie ouest de Tarbagatai, la frontière de sa distribution passait entre les fleuves Ai et Karakol, et dans la plaine de Sasasykkol, elle se rencontrait entre le canal Ertuy et le mont Besbakan.

* Berezovikov N.N. 2004. Sur l'expansion de l'aire de répartition de l'alouette à ailes blanches dans la région de Tarbagatai // Kaz. ornithol. taureau. 2004: 181.

698 Rus- ornithol. journal 2013. Volume 22. Communiqué express n ° 857

Lors de leur examen les 9 et 14 juin 2004, des alouettes à ailes blanches ont déjà été trouvées dans les contreforts sud du Tarbagatai occidental sur la rivière Karakol au-dessus du village de Taskesken, au pied du mont Zhaitobe près du village de Makanchi et près du village de Bakhty dans la vallée de la rivière Emel. Au voisinage du dernier point, ils ont été trouvés à l'extrémité orientale des monts Arkaly (46 ° 39 'N, 82 ° 35' E) dans la steppe d'herbe à absinthe le long de la rivière Kutui, où 7 individus ont été trouvés sur 7 km. Cependant, lorsque nous parcourions le reste des montagnes sur 90 km pendant deux jours, nous ne rencontrions plus ces alouettes.

Ainsi, en 2004, l'alouette à ailes blanches s'est installée vers l'est le long des contreforts sud de Tarbagatai de Karakol à Bakhta sur au moins 250 km, c'est-à-dire jusqu'à la frontière d'État du Kazakhstan et de la Chine, bien qu'en 2000-2003 elle était encore définitivement absente dans ces endroits. L'alouette à ailes blanches a retrouvé son aire de répartition historique, car on sait qu'en juin 1904 et 1908, il vivait dans la vallée d'Emel près de Bakhta (Khakhlov 1926).

Une augmentation notable du nombre d'alouettes à ailes blanches en 2004 a été notée dans les contreforts nord de Tarbagatai entre les rivières Kara-Bug et Tebiske, bien qu'au cours des années précédentes, elle ait été notée séparément. Ainsi, du village de Shybyndy au pied des montagnes (800-850 m d'altitude) dans la steppe d'absinthe parsemée de petits graviers, 10 mâles par 20 km de parcours ont été enregistrés depuis la voiture. Le long du champ Alauda arvensis et la steppe Melanocorypha calandra le long du panache sous-montagneux (900-980 m d'altitude) dans la steppe rocheuse de fétuque et de plumes, dans des endroits avec des pousses de spirée, sur un autre itinéraire jusqu'à la gorge de la rivière Tebiske, l'alouette se rencontrait régulièrement. Au pied du mont Chilbastau, 9 individus ont été enregistrés pour 8 km de parcours. Relativement plus souvent que les années précédentes, ils l'ont rencontré dans les parties ouest et nord de Manrak sur des crêtes et des vallées d'absinthe et de fétuque. Par endroits, notamment entre les rivières Espe et Taizuzgen, l'alouette à ailes blanches était l'espèce de fond de la steppe piémontaise.

Berezovikov N.N., Levin A.S. 2002. Sur la répartition de l'alouette à ailes blanches dans les petites collines kazakhes et le bassin Balkhash-Alakol // Kaz. ornithol. taureau. 2002: 102-103.

Khakhlov V. A. 1926. Matériaux sur l'avifaune de la vallée d'Emil et les contreforts occidentaux de Barlyk // Izv. Tomsk Univ.76: 1-8.

Rus ornithol. journal 2013. Volume 22. Communiqué express n ° 857

Distribution

Il a été obtenu sur les hauteurs de Chupanatinskiy près de la ville de Samarkand (1931) et a été enregistré sur Southern Ustyurt (1965), aux environs de Mubarek (1970), sur le tronçon de l'autoroute Chingeldy-Kulkuduk (1970) et sur l'autoroute Bukhara-Mubarek (1972). Un nombre insignifiant de réunions en hiver a été enregistré dans la partie sud du désert de Kyzylkum entre Mubarek et Chingeldy (1995). En janvier 2000, 20 à 22 troupeaux, soit un total de 300 individus, ont été enregistrés dans les zones désertiques près du lac. Aidar, en avril 2000, 7 et 8 alouettes à ailes blanches ont été enregistrées à Aidar et dans la région de Boukhara, du 16 au 21 février 2001, un troupeau de 200 individus a été enregistré dans les champs près de Termez, du 6 au 10 mars 2001. près du lac Tuzkan - 5 individus, 1 individu à Aydar et 25 sur le site désertique, 25-29 décembre 2001. dans les zones désertiques près du lac. Aydar et Tuzkan, un total de 2 troupeaux de 20 et 15 individus ont été enregistrés. En janvier 2003, de nombreux troupeaux (5 800 oiseaux) ont été trouvés dans le désert de sable près des côtes sud et sud-ouest du lac. Aydarkul, immédiatement en janvier 2004, plusieurs troupeaux ont été trouvés, avec un nombre total de pas plus de 500 oiseaux. Au cours de la période 2000-2005. De fin novembre à début mars, l'alouette à ailes blanches a été constamment observée en hiver dans l'écocentre de Jeyran. Abondance totale en hiver: en 2000-2003 - 85-100 individus, 2004 - 65-85 individus. En juillet 2011 et février 2015, l'alouette à ailes blanches a été enregistrée dans la partie nord du Karakalpak Ustyurt (États-Unis et photographies de V. Soldatov). 06/07/2016. pour 10 km d'autoroute, 63 alouettes à ailes blanches ont été prises en compte sur l'intervalle du parcours du village de Zhaslyk au village. Buston de la République du Karakalpakstan (États-Unis Aburaupov T.V.)

La biologie

Les opinions sur la nidification de l'alouette à ailes blanches sont contradictoires - selon E.A. Alouette à ailes blanches de Kreutzberg dans le nord des nids de la république, E.N. Lanovenko le classe comme oiseau non reproducteur en Ouzbékistan. On sait très peu de choses sur l'écologie pendant la période d'hivernage. Lors de la migration ne semble pas être une espèce rare; pendant la période de migration de masse, plusieurs dizaines d'individus peuvent être observés pendant la journée. Se conserve généralement en meute dans les plaines enneigées, évite les fourrés herbeux denses et les territoires développés. Il se nourrit de graines de méli-mélo et d'absinthe.

Sources d'information

1. Kashkarov D.Yu., Lanovenko E.N., Fotteler E.R., Ostapenko M.M., Sagitov A.K., Sernazarov E., Bakaev SB, Tretyakov G.P., Mitropolsky O .V., Meklenburtsev R.N. Oiseaux d'Ouzbékistan, tome 3. Tachkent: "Fan" de l'Académie des sciences de la République d'Ouzbékistan. 1995.276 p.
2. Kreitsberg EA Brève information sur les rencontres de la tête noire aux yeux blancs, de l'aigle des steppes, de la lune des steppes, de la tirushka des steppes, de la grande barge, du courlis, de l'alouette à ailes blanches et du muguet bleu. // Recherche sur les principaux territoires ornithologiques du Kazakhstan et d'Asie centrale. Almaty, 2006.175 s.
3. Lanovenko E.N. Informations pour clarifier le statut des espèces dans les listes de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN-UICN) // Études sur les principaux territoires ornithologiques du Kazakhstan et d'Asie centrale. Almaty, 2006.181 s.
4. Soldatova N.V. Quelques données sur l'abondance et la répartition de l'aigle des steppes, du croissant de steppe, de la grande barge, du courlis et de l'alouette à ailes blanches sur le territoire de l'écocentre de Dzheyran (région de Boukhara, Ouzbékistan) // Études sur les principaux territoires ornithologiques du Kazakhstan et d'Asie centrale. Almaty, 2006, 198-199 s.

Apparence

La longueur de l'oiseau est de 17-19 centimètres, l'envergure jusqu'à 35 centimètres. L'arrière d'une alouette est gris avec une teinte brune et des taches brun foncé, la queue et les ailes sont brun foncé, le haut de la tête, les épaules sont rouges et il y a aussi des taches rouges sur les côtés du cou et sur la queue.

Les mâles et les femelles sont sensiblement différents. Les femelles sont généralement plus pâles, de plus, le mâle est plus grand que la femelle.

Il a obtenu son nom grâce à la large bande blanche sur les ailes, les blancs dans l'alouette ont également des rayures sur les côtés de la queue, de la poitrine et du bas du torse. L'aspect est similaire à l'alouette mongole, cependant, ce dernier a des taches noires sur les côtés du cou.

Chez les oiseaux des deux sexes, en automne frais, pardessus aux bordures ocre blanchâtre qui masquent la couleur châtaigne, ne restant que sur le pli de l'aile. Les jeunes oiseaux de la plume nicheuse sont tachetés: brunâtres avec des stries claires sur le dessus, blanchâtres avec des stries sombres sur le bas, et de couleur rouge châtaigne sur les ailes. Il a une couleur nettement différente des autres alouettes trouvées en Russie européenne, principalement en raison de la présence d'une large bande blanche sur l'aile, particulièrement visible chez un oiseau volant. Chez un oiseau assis, la zone blanche sur l'aile ressemble à une tache blanche allongée. Une bande blanche est clairement visible chez les oiseaux dans toutes les tenues, seules les plumes brunes peuvent parfois la recouvrir légèrement d'un oiseau assis. Les ailes semblent étroites, l'oiseau volant ressemble plus à un bécasseau. Au-dessus, les ailes ont un motif formé de trois bandes: brun-rouge, puis noir et ensuite une large bande blanche. Dans toutes les tenues, les mâles et les femelles ont des épaules et des parties supérieures des ailes marron-rouge-marron clair; les mâles, en plus, ont des chapeaux et des joues brun-rouge vif.

Une voix

La chanson est typique des alouettes, quelque peu similaire aux chansons des alouettes des champs et des steppes, mais pas si belle. C'est un flot presque continu de sifflets aigus, de trilles et de murmures. Une alouette diffère d'une chanson par une unité légèrement moindre, une grande quantité de murmure, des sifflements aigus et des grincements. La chanson contient souvent des éléments empruntés aux chants d'autres espèces d'oiseaux. Il chante dans les airs, ne volant généralement pas à plus de 20 m au-dessus du sol, comme l'alouette des steppes, faisant souvent des battements d'ailes lents caractéristiques dans un vol actuel. Très souvent, elle chante sur le sol ou dans un perchoir bas, par exemple, au sommet d'un buisson d'absinthe. Appel - doux "virr", "chirr", "churr", "chip", en plus, fait des sons ressemblant à un miaulement nasal court.

Style de vie

Il se rencontre dans les steppes d'absinthe et de fétuque, sur les marais salants. Se reproduit en couples de mai à juillet, nidifie au sol, dépose 4 à 6 œufs de couleur vert pâle ou jaune dans des taches brunes. En dehors de la période de reproduction, il est conservé en paquets. L'alouette à ailes blanches chante, assise au sol ou (moins souvent) volant à basse altitude. Le chant de l'alouette est un simple trille, imitant parfois d'autres oiseaux. L'envie habituelle est un cri bas persistant, qui rappelle en partie le miaulement.

La nutrition

En été, comme les autres alouettes, l'animal à ailes blanches se nourrit principalement d'insectes. En premier lieu, les coléoptères - jusqu'à 50% et les orthoptères - 32%, puis les papillons et les chenilles - 16%, très rarement - les hyménoptères et semi-rigides. La plupart des charançons sont consommés à partir de coléoptères (Bothynoderes, Othiorrhynchus), ainsi que de barbeaux (Dorcadion, Plgionotus), en plus de petits coléoptères moulus (Amara, Harpalus), de poissons rouges, de coléoptères et de punaises de lit - Eurydema. Parmi les orthoptères, il mange, entre autres, Gomphocerus et Chrysochraon. Selon Ryabov (1946), les insectes nuisibles dans la nourriture de l'alouette à ailes blanches représentent 80 à 90% de la masse totale, neutre et bénéfique - 10 à 20%. La composition des aliments végétaux en été comprend les graines de Cygnus, l'oseille et d'autres plantes. En hiver, graines de Setaria viridis, Carex stonophylla et pousses vertes de céréales.

L'alouette à ailes blanches, comme les autres, visite le point d'eau, si possible, sans négliger l'eau salée. Sur Elton, selon les observations de Lisetskiy, elles, bien qu'en nombre beaucoup plus faible que les autres alouettes, sont le plus souvent entre 11 et 12 heures puis entre 15 et 16, parfois entre 13 et 14 heures. À d'autres heures, de rares solitaires s'envolent vers le point d'eau.

Elevage

Le chant commence en avril et se poursuit jusqu'à fin juillet. Les nids sont plus larges que l'alouette des champs, plus profonds et mieux couverts. Un plateau d'un diamètre de 8-12 cm, d'une profondeur de 5-11 cm et d'une épaisseur de paroi de 1-2 cm Il y a une sortie du couvercle, généralement vers le nord. Embrayages - à partir de début mai, généralement de 4 à 6 œufs, généralement de 5. Selon Zarudny (1888), il y a même 8 œufs, puis ils reposent dans le nid en deux rangées.

Les œufs sont plus petits que dans l'alouette des steppes, de couleur similaire: verdâtre pâle ou jaunâtre pâle avec des taches et des points brun-olive, gris ou gris-brunâtre formant une corolle à l'extrémité émoussée. Tailles d'oeufs: 19,5-24,3x15,5-17,7 mm. En juin - début juillet, il y a un deuxième embrayage. Parfois même à la mi-juillet, de la maçonnerie fraîche apparaît (Novenskoïe dans l'Altaï). La femelle incube - dans les 12 jours. Il s'assied fermement, se retire soigneusement du nid. Les pistons pesant 25-30 g (avec un poids adulte de 37-50 g) commencent à apparaître à partir de la fin mai - juin. Début juillet, les alouettes à ailes blanches commencent à se rassembler en bandes, et en août il y a déjà un mouvement notable vers le sud. En hiver dans les steppes de Kherson apparaît en novembre en immenses troupeaux.

Taxonomie et taxonomie

Actuellement, le nom du genre vient de l'alouette latine. Spécifique à ailes blanches signifie "ailé blanc" de leukos , Blanc et ptéron , "Wing". Auparavant, l'alouette à ailes blanches était classée comme appartenant au genre. Melanocorypha jusqu'à ce que Alauda en 2014.

La description

Cette alouette est grande et forte, généralement de 17 à 19 cm de long, avec une envergure de 35 cm.Les deux sexes pèsent environ 44 g. plumes intérieures et le reste de l'aile de châtaignier. Le corps est gris foncé avec des nervures au-dessus et blanchâtre en dessous. Le mâle adulte a une couronne marron, mais les sols sont par ailleurs similaires.

Pin
Send
Share
Send