Sur les animaux

Famille · Originaire, déjà

Pin
Send
Share
Send


Classe de reptiles - Reptilia
Effectif écailleux - Squamata Oppel, 1811
Famille de serpents serpents - Colubridae Oppel, 1811
Rod Climbing Climbing - Elaphe Fitzinger, 1832
Motif serpent - Elaphe dione Pallas, 1773

Un serpent très mobile de taille moyenne, d'une longueur allant jusqu'à 100 cm, grimpe bien le long des branches des arbres et des arbustes, et nage également. La partie supérieure du corps est grise avec une teinte brunâtre ou brunâtre. Le long du corps se trouvent 4 larges bandes brunes ou brunes aux contours peu nets, 2 bandes centrales continuent sur la queue. Taches transversales marron foncé, noires ou rouge brique étroites le long de la crête. Sur le côté supérieur de la tête se trouve un motif caractéristique d'une bande sombre transversale, généralement arquée, avec des bords noirs entre les bords avant des yeux. Abdomen dans de nombreuses taches brunes ou irrégulières

Le serpent n'est pas toxique et ne présente aucun danger pour l'homme. Sur le territoire du territoire de Krasnoyarsk, il se trouve dans la partie centrale du réservoir de Krasnoyarsk et dans la partie supérieure du réservoir Sayano-Shushensky. Sur le territoire de la République de Khakassie - dans les zones de steppe et de forêt-steppe. Dans les plaines inondables, les steppes montagneuses et les steppes forestières, il pénètre dans la zone de la subtaiga. Pas peur de l'habitation humaine, se trouve dans les jardins et les chalets. Il grimpe bien sur les branches d'arbustes et d'arbres, rampe dans les creux. La nourriture est à base d'oiseaux (généralement des poussins) et de leurs œufs, lézards, grenouilles, rongeurs, insectes

Dans les années 1960-70, les serpents étaient assez courants. Actuellement, leur nombre est en forte baisse. La densité de population la plus élevée a été observée sur les pentes montagneuses des steppes de la vallée de Yenisei, dans la réserve Sayano-Shushensky. Les données exactes sur l'abondance du serpent ne sont pas disponibles. Il est inclus dans le Livre rouge de la République de Khakassie en tant qu'espèce dont la répartition est inexpliquée et le nombre décroissant.

Famille d'Ouzhovs

La famille d'Ouzhov, déjà distinctive - Colubridae - rassemble plus de 60% des espèces de serpents modernes. Les oreilles se distinguent par l'absence complète des rudiments du bassin et des pattes postérieures, la présence d'un seul poumon droit, un os maxillaire allongé horizontalement, l'absence de dents tubulaires mobiles et d'autres signes.

De nombreuses dents immobiles et acérées de serpents serpents sont situées sur les os maxillaires, dentaires, ptérygoïdes et palatins et varient considérablement en taille et en forme selon les espèces. Souvent, les dents maxillaires postérieures sont fortement agrandies, comprimées latéralement et séparées du reste par un espace plus ou moins large sans dents. De plus, ils peuvent avoir une rainure sur la surface avant pour gonfler le poison. Il arrive que l'écart édenté soit situé au milieu de la mâchoire, et parfois il y a des dents sur les mâchoires, agrandies comme des crocs. Chez certaines espèces qui se nourrissent d'oeufs d'oiseaux, les dents sont très petites et peu nombreuses. Bien que la plupart des serpents ne soient pas toxiques, cela doit être compris dans le sens où ils sont inoffensifs pour l'homme et n'ont pas de grandes dents venimeuses mobiles. En réalité, la salive et le poison de nombreuses espèces ont des propriétés toxiques et tuent ou paralysent les proies. De nombreux cas ont été décrits lorsque les piqûres de certains serpents étaient accompagnées d'empoisonnement grave et même de mort de personnes.

Parmi les serpents, il y a de gros serpents atteignant 3,5 m, et de très petits serpents dont la longueur ne dépasse pas 10 à 15 cm. sont parfois nettement élargis. Le bas du corps est le plus souvent couvert par les rabats abdominaux allongés, et la frontière entre les côtés et le ventre est souvent exprimée comme une côte plutôt rigide.

La tête des serpents est généralement recouverte d'en haut avec de grands boucliers disposés symétriquement, qui dans de rares cas sont remplacés par de nombreux boucliers de forme irrégulière. Parfois, il porte une sorte d'excroissances écailleuses comme des tentacules mobiles ou un lobe en forme de crête situé sur le nez situé sur le nez. La tête peut presque imperceptiblement passer dans le corps ou la frontière entre eux, au contraire, est très fortement exprimée.

La queue est également très diversifiée - extrêmement longue, mince et tenace chez certains serpents, elle est très courte et arrondie chez d'autres, ou elle s'amincit assez fortement derrière le corps d'autres.

Les yeux de la plupart des serpents sont bien développés, avec une pupille ronde ou ovale semblable à une pupille, et ont souvent un iris aux couleurs vives, qui s'harmonise généralement bien avec la couleur générale du corps. Souvent, la présence d'une pupille verticale effilée est associée à des modes de vie nocturnes ou crépusculaires. Fait intéressant, chez certaines espèces clairement nocturnes, la pupille ronde à la lumière peut se contracter à la taille d'un trou d'épingle.

Les serpents qui recherchent leurs proies principalement à l'aide de la vue ont des yeux très agrandis, adaptés pour réagir aux objets en mouvement. Chez certaines espèces fouisseuses et nocturnes, les yeux sont fortement réduits.

La couleur du serpent est extrêmement variée. Certains d'entre eux sont peints de façon monotone dans des couleurs olive foncé, marron, marron ou presque noir. D'autres, au contraire, étonnent par la diversité et la luminosité des couleurs voyantes.

Les habitats des serpents sont déjà très différents. Certains d'entre eux sont étroitement liés à l'eau, nagent bien et plongent. D'autres vivent exclusivement dans des semi-déserts secs et se privent du tout d'eau. Beaucoup adaptés exclusivement à la vie sur les arbres. Enfin, il existe un grand nombre d'espèces qui mènent un mode de vie fouisseur et passent la plupart de leur temps sous des pierres, dans des déchets forestiers ou dans le sol.

La plupart des serpents sont parmi les serpents les plus mobiles et les plus grimpants.

Certains serpents peuvent creuser la terre en forant la tête ou en la pliant dans le cou sous la forme d'un crochet.

Ils se nourrissent d'une grande variété d'animaux, des vers, mollusques, crustacés et insectes aux poissons, amphibiens, reptiles, oiseaux et mammifères, inclus. Les plus petites, ainsi que toutes les espèces fouisseuses, mangent principalement des insectes, leurs larves et autres invertébrés. Les grands se nourrissent principalement de divers vertébrés. Ils mangent leurs proies vivantes ou les tuent beaucoup plus souvent, les attrapant d'abord avec leurs dents, puis les enroulant autour d'un ou plusieurs anneaux du corps. Parfois, la victime est fermement pressée par son ventre contre le sol et donc étouffée. Comme déjà mentionné, de nombreux serpents paralysent ou tuent des proies avec du poison, mais même dans ce cas, en mordant la victime, ils l'enveloppent généralement avec leur corps. Les petites proies, comme les insectes, sont parfois capturées à l'aide de la langue. Certaines espèces présentent une certaine spécialisation alimentaire, mangeant constamment de préférence un groupe particulier d'animaux.

Un petit groupe de serpents, armés de quelques très petites dents seulement, se nourrit exclusivement d'œufs d'oiseaux ou de reptiles. Ces serpents sont généralement équipés de la soi-disant «scie à oeuf», formée par les processus inférieurs des vertèbres antérieures perforant les parois de l'œsophage, qui coupent la coquille de l'œuf avalé. Des dispositifs similaires sont disponibles dans certains serpents qui se nourrissent non seulement d'œufs, mais également d'autres proies. Il y a des serpents qui se nourrissent principalement d'autres serpents, y compris des serpents venimeux, dont le poison n'est pas dangereux pour eux.

L'accouplement des serpents est souvent précédé de jeux d'accouplement particuliers, au cours desquels le mâle poursuit la femelle pendant une longue période et est finalement étroitement lié à tout son corps. Pendant l'accouplement, le mâle tient souvent la femelle, lui saisissant les mâchoires par le cou.

Parmi les serpents, les espèces ovipares et ovovivipares sont largement représentées, et la dernière méthode de reproduction est particulière principalement aux animaux aquatiques, arboricoles et fouisseurs. Il y a des cas où, en changeant les conditions de détention, il a été possible de transformer des serpents ovipares en ovovivipares. Les œufs, de 1 à 3 dizaines, sont déposés dans le sol, dans la litière forestière, les tas de débris végétaux, les creux des arbres, sous les troncs d'arbres tombés, les fourmilières, toutes sortes de trous, et moins souvent dans les nids spécialement creusés.

En forme, les œufs sont dans la plupart des cas ovales, moins souvent très allongés, jusqu'à en forme de saucisse. Parfois, de nombreuses femelles de la même espèce se rassemblent en un seul endroit approprié pour la ponte. Dans de tels endroits, parfois plusieurs centaines d'œufs ont été trouvés, souvent collés ensemble et ressemblant à une grande maçonnerie. Certains serpents peuvent pondre des œufs fécondés même 2 à 3 ans après l'accouplement, car les spermatozoïdes restent viables à l'intérieur de la femelle pendant longtemps. Dans le cas de la production d'oeufs, le nombre de jeunes varie également de 2-3 à 70 ou plus.

Les ennemis ont beaucoup de serpents. Ils sont mangés par divers mammifères et oiseaux prédateurs, ainsi que par de grands lézards et serpents. En cas de danger, les serpents fuient généralement. Certains serpents, le plus souvent arboricoles, cachent immobiles, imitant des branches ou des vignes sèches, auxquelles ils ressemblent beaucoup non seulement par leur couleur, mais aussi par la forme de leur corps. Chez certaines espèces, la queue arrondie est très similaire à la tête et l'animal fait généralement les mêmes mouvements que la tête. Cela induit souvent le prédateur en erreur, aidant le serpent à sauver l'extrémité avant du corps la plus vulnérable. De nombreux serpents, au contraire, se comportent de manière très agressive en cas de danger. Gonflant fortement le corps et sifflant bruyamment, ils avec une bouche grande ouverte se précipitent sur l'ennemi, le transformant souvent en fuite. Leurs piqûres sont très douloureuses. Beaucoup, voulant intimider l'ennemi, frappent avec le bout de leur queue sur le sol ou les objets environnants, émettant une fissure particulière.

La famille des arthropodes regroupe plus de 1 500 espèces, largement réparties sur les continents et les îles du globe entier, à l'exception des régions polaires et de certaines îles océaniques. Ils sont généralement subdivisés en 5 ou 6 sous-familles, en fonction d'une telle division des caractéristiques de la couverture écailleuse et de la nature de la structure des dents.

La structure du crâne et le mécanisme de déglutition des proies

Les serpents déjà semblables à des serpents se caractérisent non seulement par l'absence de rudiments des membres postérieurs et du bassin (qui sont conservés dans Typhlopidae, Leptotyphlopidae, Aniliidae, Boidae), mais aussi la cinétique élevée (mobilité) des os du crâne et des mâchoires inférieures, sur lesquels il n'y a toujours pas d'éléments coronaux (coronoïdes). Leurs os prémaxillaires n'entrent pas en contact avec les os maxillaires allongés horizontalement (comme le nez et le préfrontal), et la connexion entre eux se fait par les ligaments conjonctifs. Les os frontaux sont déjà absents chez les arthropodes.

Si dans les pythons et les boas, la section palatine-maxillaire est en contact étroit avec le rinal à travers les os préfrontal, alors dans l'arthropode, elle se produit à travers l'ouvre-porte. Et de Acrochordidae déjà distingué les os temporaux supérieurs allongés et une diminution du rôle de l'os préfrontal dans la mobilité du crâne.

Macrostomatisation (une augmentation du volume de la cavité buccale lors de la consommation de grosses proies) chez les oiseaux communs (comme Acrochordidae), contrairement à Boidae, provient des parties caudales (postérieures) du crâne, en particulier en allongeant les os carrés, et dans certaines formes également les sections postérieures des os palatin et maxillaire dans la zone située derrière les os frontaux. L'appareil maxillaire maxillaire leur permet ainsi de couvrir l'objet alimentaire plus uniformément que Boidae (non seulement par le haut et les côtés, mais aussi partiellement par le bas - comme avec un ventilateur ouvert et incurvé), tenant la proie de manière fiable.

Des mouvements coordonnés des os du crâne permettent d'effectuer des manipulations efficaces en avalant de gros aliments. La rotation de l'arcade palatine-maxillaire (la partie avant s'éloigne et la partie arrière se déplace vers la ligne médiane) d'un côté du crâne entraîne des mouvements asymétriques de l'autre côté, c'est-à-dire que le déplacement des éléments osseux vers l'avant (protraction) s'accompagne de la traction des os similaires de l'autre côté du crâne en arrière (rétraction). Du fait de la fermeture des mâchoires, les moitiés droite et gauche de l'appareil à mâchoires sont déplacées alternativement par rapport à l'objet alimentaire, qui se déplace en même temps dans l'œsophage.

L'efficacité de ce mécanisme cinétique du travail des éléments craniologiques avec une augmentation du diamètre de la proie est susceptible de diminuer et il est donc assuré par plusieurs autres mécanismes (utilisant le muscle ptérygoïde, le complexe palatin osseux, etc.), indépendamment du volume de proie. En raison des mouvements des éléments de la région palatine, des serpents déjà semblables effectuent une orientation pratique des proies capturées et détenues par eux et emballent les membres saillants de la victime dans la direction souhaitée.

Seuls les arthropodes, qui sont des chasseurs de sprint actifs et se nourrissent principalement de vertébrés à corps étroit et allongé (lézards, serpents), sont privés de la nécessité de telles manipulations, et ces mécanismes sont développés dans une bien moindre mesure.

Les mâchoires inférieures des serpents ressemblant à des serpents ne sont pas très actives lorsqu'elles sont avalées, elles pressent uniquement la proie contre les dents du complexe palais-ptérygoïde. La capacité de fixation des dents repliées est d'une grande importance.

Les dents situées près des os maxillaires, dentaires, ptérygoïdes et palatins qui sont déjà similaires en nombre, taille et forme sont très diverses. Le plus souvent, ils sont très petits, tranchants et immobiles. Cependant, au début des années 1980, les dents dites articulées (généralement petites, lisses et aplaties distalement), collées aux os avec des fibres conjonctives et constituées d'une couronne mobile et d'une «jambe» d'attache, ont été trouvées chez les galliformes. Une telle structure permet de plier et de ne pas craquer les dents lors de la consommation d'aliments solides.

Poison toxique

La plupart déjà toxiques non toxiques, c'est-à-dire que leurs dents sont dépourvues de rainures ou canaux venimeux (groupe Aglypha), mais parmi eux il y a ce qu'on appelle de faux serpents avec de grandes dents et des sillons vénéneux pour drainer le poison sur eux. Leurs crocs venimeux sont localisés, contrairement aux représentants d'autres familles de serpents, non pas devant, mais derrière la mâchoire supérieure. À cet égard, les faux serpents sont appelés serpents rainurés postérieurs (Opisthoglypha) et Hydrophiidae, Elapidae et Viperidae - antérologulaire (Proteroglypha) Les dents vénéneuses diffèrent fortement en taille et en forme et sont souvent séparées du reste des petites dents de différentes longueurs par un espace édenté (diastème), qui peut parfois être déplacé vers le milieu de la mâchoire supérieure.

Le but fonctionnel du poison n'est pas tant la mise à mort d'un objet alimentaire que son immobilisation. Déjà toxique se caractérise par une sélectivité spécifique, n'affectant que les animaux qui font l'objet de faux serpents. Pour les humains, en règle générale, le poison venimeux est inoffensif, mais il existe des espèces distinctes (telles que les espèces Dispholidus typus ou Thelotornis kirtlandii), dont la morsure peut entraîner la mort d'une personne.

Classification

Colubridae Ce n'est pas un groupe naturel, car de nombreux membres de la famille sont plus proches de ces groupes de serpents comme les aspides que d'autres déjà distinctifs. La systématique du déjà connu - l'une des tâches les plus difficiles de l'herpétologie - est actuellement en cours de révision et de modification, et ces dernières années, les scientifiques refusent souvent d'énumérer les sous-familles.

  • Sous-famille Hoodontinae - comprend environ 20 naissances
  • Sous-famille Calamariinae - 7 naissances
  • Sous-famille de vrais serpents (Colubrinae) - comprend environ 100 naissances
  • Sous-famille des serpents à tête épaisse (Dipsadinae) - 45 naissances
  • Sous-famille serpents d'eau douce (Homalopsinae) - environ 10 naissances
  • Sous-famille Uzhovye (Natricinae) - environ 30 naissances

  • Sous-famille Pareatinae - 3 genres
  • Sous-famille Psammophiinae - 6 naissances
  • Sous-famille Pseudoxenodontinae - 2 genres
  • Sous-famille Pseudoxyrhophiinae - environ 20 naissances
  • Sous-famille de la xénodermie (Xenodermatinae) - 6 naissances
  • Sous-famille des serpents à dents lisses (Xenodontinae) - comprend 55 à 60 naissances

Littérature

  • Dunaev E.A., Orlova V.F. Variété de serpents (basée sur des matériaux de l'exposition du Musée zoologique de l'Université d'État de Moscou). - M.: Maison d'édition de l'Université de Moscou, 2003. - 376 p.

Original sur Wikimedia Commons?

Familles de serpents (Serpentes)

Type: Chordata · Classe: Reptilia · Sous-classe: Lep> · Ordre: Squamata · Sous-ordre: Serpentes
Aléthinophidie
Henophidia
Pythons, boas
Aniliidae • Anomochilidae • Boidae • Bolyeriidae • Cylindrophiidae • Loxocemidae • Tropidophiidae • Uropeltidae • Xenopeltidae
Colubroidea
Vipers, serpents
Acrochord> Colubridae • Elapidae • Hydrophiidae • Viperidae
Scolécophidie
TyphlopoideaAnomalepididae • Gerrhopilidae • Leptotyphlopidae • Typhlopidae • Xenotyphlopidae

Fondation Wikimedia. 2010.

Voir ce que "Déjà" dans d'autres dictionnaires:

distinctif - original ... Orthographe-référence de dictionnaire

Déjà - beaucoup La famille des serpents déjà I. Dictionnaire explicatif d'Éphraïm. T.F. Efremova. 2000 ... Le dictionnaire explicatif moderne de la langue russe Efremova

distinctif - Déjà familier, oups ... Dictionnaire d'orthographe russe

distinctif - pl., R. est déjà obobra / zn ... Dictionnaire d'orthographe de la langue russe

distinctif - déjà / sachant, wow ... Ensemble. Séparément. Par un tiret.

distinctif - déjà / e / image / n / a, s ... Dictionnaire d'orthographe des morphèmes

SERPENT CORNÉRAL - (Colubr> Dictionnaire encyclopédique

Famille déjà - Linnaeus a réuni tous les serpents connus de lui en trois familles, à savoir: gigantesques, déjà similaires et serpents à sonnettes. Par le déjà figuré, nous, à la suite de Boulanger, entendons tous ces serpents que Linné a unis sous ce nom, et ... ... La vie des animaux

Uzhi - original (Colubr> Grande Encyclopédie soviétique

Pin
Send
Share
Send